Vaccin contre la COVID-19 pour les enfants de 6 mois à 4 ans

La vaccination contre la Covid-19 va-t-elle devenir obligatoire pour les bébés et les enfants âges de 6 mois à 4 ans ?

Face à l’arrivée du Covid-19, une question scientifique se pose : faut-il vacciner les bébés et les enfants contre la COVID-19 ? Alors que la vaccination commence pour les plus âgés, le débat s’intensifie autour de cette problématique.

Aujourd’hui, entre risques et bénéfices associés à cette mesure, il est important de faire la lumière sur l’obligation ou non de vacciner les nourrissons contre le COVID-19.

vaccin covid bebe obligatoire

La vaccination contre la Covid-19 pour les plus jeunes

L’information a été transmise par la Haute Autorité de Santé (HAS), la vaccination contre la Covid-19 pour les bébés et enfants âges de 6 mois à 4 ans est fortement recommandé.  Cependant, ces recommandations restent relativement souples en comparaison de celles des autorités européennes.

Jusqu’à il y a quelques temps, les bébés et les enfants âges de 6 mois à 4 ans n’étaient pas concernés par la vaccination contre la Covid-19. Mais les choses semblent sur le point de changer alors que la France s’apprête à faire face à la neuvième vague de Covid-19. C’est dans un communiqué de presse du 19 décembre 2022 que la Haute Autorité de Santé “recommande d’élargir dès aujourd’hui la vaccination contre la Covid-19” pour les enfants et bébés mais tous ne sont pas concernés.

Une campagne de vaccination contre la Covid-19 pour les bébés et enfants âges de 6 mois à 4 ans, mais qui sont les enfants concernés ?

Lors de son communiqué de presse, la Haute Autorité de Santé a recommandé aux parents de faire vacciner leurs enfants et notamment “les enfants âgés de 6 mois à 4 ans révolus à risque de forme grave de la maladie et de décès”. La vaccination est également recommandée pour tous les enfants âges de 6 mois à 4 ans “vivant dans l’entourage de personnes immunodéprimées ou ne répondant pas à la vaccination”. “Cette primo-vaccination est désormais possible avec le vaccin Comirnaty de Pfizer qui a obtenu le 25 novembre dernier une extension d’indication pour cette classe d’âge pour laquelle il n’y a avait pour l’heure pas de vaccin disponible”, précise la HAS.

Faut-il suivre les recommandations le HAS ?

La Haute Autorité de Santé n’oblige absolument pas les parents à faire vacciner leurs enfants. Il s’agit bien là de recommandations. L’avis de la HAS est purement consultatifs bien que leurs avis soient, pour la plupart du temps, systématiquement appliqués par le ministère de la Santé.

Les recommandations de la HAS sont néanmoins plus souples que celles données par les autres autorités sanitaires européennes puisque celles-ci préconisaient d’administrer le vaccin Pfizer-BioNTch pour tous les bébés et enfants âgés de 6 mois à 4 ans. En effet, d’après ces autorités sanitaires, les bénéfices mesurés étaient plus intéressants que les risques. De la même manière, ces autorités sanitaires recommandaient la vaccination de Moderna pour tous les bébés et enfants âges de 6 mois à 5 ans.

Les fêtes de fin d’année, les français vont-ils respecter les gestes barrières et continuer de se faire tester ?

Noël est à notre porte en ce mardi 20 décembre 2022 et Nouvel An approche à grands pas ! Ce sont avec les rassemblements des fêtes de fin d’année que la neuvième vague de Covid-19 va exploser. Les hospitalisations sont déjà en augmentation, les repas de fête ne vont pas arranger les choses.

D’après une récente étude de l’Ipsos pour Pfizer, 69% des français n’ont pas prévu de se faire dépister avant de participer aux festivités du repas de Noël et 73% d’entre eux ne feront pas le test le jour de Noël ou pour le réveillon du jour de l’An. En revanche, 1 personne sur 2 à l’intention de porter un masque dans les lieux accueillants du public au cours des jours précédents les fêtes. 67% des français disent qu’ils se montreront plus vigilants quant au respect des gestes barrières.
Mais, naturellement, ce comportement ne sera pas conservé pendant les repas de fête où la plupart retrouve des proches et de la famille. 76% des français ont déclaré qu’ils ne porteraient pas de masque pendant les repas de Noël et du nouvel An et 81% d’entre eux ne prévoit pas de table séparée ou de disposition respectant les distanciations sociales.